Une Unifolié de Juno Beach vole avec les Snowbirds !

| février 15, 2021

Image : Ce drapeau canadien a volé au Centre Juno Beach entre le 13 et le 15 décembre 2020. Avec les Snowbirds des Forces canadiennes, il a volé lors d’un entraînement le 10 février 2021 au-dessus de Moose Jaw, Saskatchewan dans le Snowbird # 1. Sur la photo, le pilote Snowbird 1, chef d’équipe de l’équipe 2021, le major Jean-François Dupont. Il faisait -43 ° C quand ils ont pris cette photo! (Photographe: Captain Erik Temple).

C’est le 15 février 1965 que le Canada a adopté son drapeau actuel, l’unifolié. Dans cette image, les Snowbirds des Forces canadiennes, 431e Escadron de démonstration aérienne, arborent un drapeau canadien qui a flotté au Centre Juno Beach l’année dernière. Le Centre Juno Beach est le seul musée canadien situé sur les plages du débarquement et est notre principal lieu de commémoration de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

En haut: les 431 et 434 escadrons s’alignent en attendant le décollage pour le raid du jour J, le 6 juin 1944. En bas: les équipages au sol des 431 et 434 escadrons se rassemblent pour regarder leur avion décoller de Croft.

Le 431e Escadron détient l’honneur de la bataille de Normandie 1944. Au printemps et à l’été 1944, l’unité a soutenu le débarquement allié en Normandie avec le reste du groupe de bombardements stratégiques. Basée à la station Croft de l’Aviation royale canadienne (ARC) dans le Yorkshire du Nord, l’escadron pilotait à l’époque des bombardiers lourds Handley Page Halifax B.Mk.III.

Entre mars 1943 et avril 1945, l’escadron 431e effectue près de 2 600 sorties (une mission de combat par un avion) à partir de trois bases et largue 14 000 tonnes de bombes depuis ses bombardiers Wellington, Halifax et, enfin, Lancaster. Au cours de ces opérations, l’unité a perdu 72 appareils ainsi que 490 membres d’équipage tués (313), portés disparus (54), capturés (104), rescapés (18) ou blessés (1).

Ces équipages ont bravé un système de défense aérienne intégré comprenant des chasseurs de nuit, des projecteurs, des radars et des canons antiaériens. Les taux de survie ont augmenté et diminué au fil du temps, mais 59% de tous les aviateurs qui ont servi avec le Bomber Command ont été tués (45%), blessés (6%) ou capturés (8%). « Pourtant, les équipages ont bouclé leurs parachutes et sont partis avec une résolution inébranlable nuit après nuit », a écrit Murray Peden, un pilote canadien qui a servi dans un escadron de bombardiers de la Royal Air Force. « Ils ont été la proie des dangers du givrage, de la foudre, de la tempête et des défaillances structurelles, et ils ont péri au milieu des obus éclatants des batteries anti-aérienne. Mais de loin le plus grand nombre est mort dans des combats désespérément inégaux sous la puissance de feu écrasante des tenaces défenseurs de la nuit allemands. »

Des plus de 17 000 Canadiens qui ont péri en servant dans l’ARC pendant la Seconde Guerre mondiale, quelque 10 000 de ces aviateurs faisaient partie du Bomber Command.

Le commandant W.A. Bentley donne un briefing aux équipages des 431e et 434e escadrons, à Croft, en octobre 1944. Les sourires et l’attitude détendue, de mise pour la photo, disparaîtront sans doute quand les aviateurs apprendront les détails du plan de vol vers Essen (MDN / PL 33941).

Merci aux Snowbirds des Forces canadiennes, en particulier à l’officier des affaires publiques, le lieutenant Becky Major, au chef d’équipe Snowbird 1, le major Jean-François Dupont (Québec, QC), et à l’officier de sécurité aérienne, le capitaine Erik Temple (Ottawa, ON) d’avoir accepté ce drapeau comme un cadeau à l’escadron. Nous vous souhaitons tout le meilleur pour une saison 2021 de spectacles aériens sûre et réussie.

Les dépêches de Juno partagent toutes les nouvelles, les événements et les histoires du Centre Juno Beach en France et au Canada. Intéressé à contribuer une histoire sur le blog? Envoyez un courriel à l'éditeur à jbca@junobeach.org.

Laisser un commentaire