Un vélo canadien du Débarquement rejoint les collections du musée

| mars 11, 2021

Un objet très emblématique du débarquement canadien le 6 juin 1944 a été offert au Centre Juno Beach la veille de Noël par Marie-Claude Halot et Joëlle Letellier. Ce vélo canadien appartenait à leur père Christian Costil, décédé en novembre dernier. Le vélo est arrivé au musée, selon les volontés de Christian, avec son histoire :

Christian Costil

Christian Costil

Christian Costil a 14 ans en 1944 et il habite à Banville. A l’été 1944, il rencontre Marius Aubé, un soldat canadien débarqué à Graye-sur-Mer le Jour J. Marius se lie d’amitié avec le jeune Christian et lui offre ce vélo pliant.

Marius quitte la Normandie et une correspondance de 40 ans commence entre les deux jeunes hommes. Marius écrit à Christian en 1945 lorsqu’il est en Allemagne, puis tout au long de sa vie à Sherbrooke au Canada. Marius termine souvent ses lettres par « une amitié de quelqu’un qui ne vous oubliera jamais ».

Christian Costil garde le vélo pendant 76 ans. Après avoir travaillé à la ferme familiale jusqu’à ses 28 ans, il part travailler pour EDF en tant que releveur de compteur. Il enlève la banquette arrière de sa 2CV, plie le vélo canadien et le met dans sa voiture. Rendu à destination, il sort son vélo et fait sa tournée de maison en maison pour relever les compteurs. Ce vélo accompagne donc Christian pendant toute sa carrière, jusqu’à sa retraite en 1985. Le vélo est ensuite soigneusement entreposé, protégé par des sacs, mais Christian ne souhaite pas s’en séparer de son vivant. Il dit à ses filles de le donner au « musée canadien » après sa mort.

 

Les vélos ont été utilisés par les soldats britanniques et canadiens qui ont débarqué le Jour J. On estime que 1 117 vélos ont débarqué sur Juno Beach le 6 juin 1944 nous pouvons le voir sur les célèbres photos du Jour J à Bernières-sur-Mer. L’Airborne Folding Bicycle n’était pas seulement en dotation dans les unités aéroportées mails il était également fourni aux unités d’infanterie ou des services. Ces vélos permettaient aux soldats de parcourir de plus grandes distances tout en restant silencieux et indétectables. Ils étaient souvent abandonnés lorsqu’ils devenaient plus encombrants qu’utiles. Après la Seconde Guerre mondiale, alors que l’Europe souffrait d’une pénurie de carburant, les civils utilisaient les derniers vélos militaires pour leurs déplacements quotidiens.

Marie-Claude Halot et Joëlle Letellier donnent également au musée 7 lettres de Marius Aubé adressées à Christian Costil. Le Centre Juno Beach a donc pu faire des recherches sur le soldat canadien :

Marius Aubé

Marius Aubé

Marius Aubé est décédé le 28 juillet 1988. Il n’a pas eu d’enfants. Cependant, son frère, Gilles Aubé est toujours en vie et a pu nous raconter quelques anecdotes sur Marius.
Gilles a été adopté en 1945 par la famille Aubé car la mère de famille avait dit que si son fils Marius lui revenait de la guerre, elle adopterait un enfant. Gilles a donc très peu connu Marius du fait de leur différence d’âge. Il se souvient d’un « oiseau sans branche », quelqu’un qui vivait une vie indépendante.

Marius appartenait au Corps royal d’intendance de l’Armée canadienne (The Royal Canadian Army Service Corps). Le Centre Juno Beach est à la recherche d’informations précises sur ses états de service et son unité de rattachement de façon à comprendre le contexte de la présence de Marius à Banville. Marius est revenu au moins 2 fois en Normandie. Par un mauvais concours de circonstances, les deux hommes ne se sont cependant pas revus. Marius repose au cimetière St Michel de Sherbrooke, dans la partie réservée aux vétérans.

 

Grâce à la donation et aux recherches du Centre Juno Beach, les filles de Christian, Marie-Claude Halot et Joëlle Letellier, et la nièce de Marius, Nadia Aubé, sont au début d’une correspondance qui poursuivra peut-être l’amitié des deux hommes.

Les visiteurs du Centre Juno Beach pourront découvrir le vélo dans le hall du musée à l’occasion de la réouverture.  

Les dépêches de Juno partagent toutes les nouvelles, les événements et les histoires du Centre Juno Beach en France et au Canada. Intéressé à contribuer une histoire sur le blog? Envoyez un courriel à l'éditeur à jbca@junobeach.org.

Laisser un commentaire