Un père et son fils en Normandie sur les traces d’un arrière-grand-père

En novembre dernier, William Fraser Webb, 16 ans, nous envoie une demande spécifique. Il souhaite obtenir des informations sur la Compagnie B du régiment du North Shore New Brunswick. Il veut retracer les pas de son arrière-grand-père, le sergent David Webb, né en Nouvelle-Ecosse, enrôlé en tant que volontaire dans le NSNB au cours de la Seconde Guerre mondiale, et qui a combattu pendant de la Bataille de Normandie. Nous l’avons aiguillé, au mieux, dans ses recherches, puis est venue la surprise…

Plusieurs mois plus tard, un matin gris et froid du début du printemps, le voici dans le hall du Centre Juno Beach, avec son père Andrew, cartes en main, chaussés de bottes de marche, alourdis d’un gros sac à dos, contenant tente et sacs de couchage. Le duo est déterminé et prêt à marcher, le plus souvent possible, depuis Saint-Aubin-sur-Mer, à travers champs et petits villages, jusqu’à Orbec, où le sergent Webb a été blessé, le 25 août 1944, à quelques 125 km de la plage Juno.

Voici quelques extraits et photos du journal de William durant ses longues journées de marche dans les pas de son arrière-grand-père, 71 ans après lui…

« Saint-Aubin, première journée de marche. On a débuté par la plage de débarquement et nous avons eu de la chance, car la marée était basse et nous avions une excellente vue d’ensemble du point fort de Saint-Aubin, celui-là même qu’ont pu avoir les soldats du North Shore.

Premier arrêt, Tailleville, un ancien village fortifié que le North Shore a libéré le soir du 6 juin. Par la suite, le régiment a libéré Douvres-la-Délivrande, un village fort sympathique et accueillant… nous sommes repartis après un petit arrêt sur un marché rempli de saveurs, pour notre prochain objectif, une station radar, fortement gardée par les Allemands, que le North Shore a libérée. Sur le chemin nous sommes passés par les champs, et nous avons été surpris de voir 4 anciens bunkers de positions d’artillerie encore intacts.

Le soir, nous avons visité l’aéroport de Carpiquet (maintenant très urbanisé), lieu d’une bataille très sanglante pour le régiment à cause d’un régiment de la jeunesse hitlérienne qui s’est farouchement défendu.

Le surlendemain, au Mesnil-Patry, nous avons rencontré Roger et Raymonde qui ont connu l’occupation en tant qu’adolescents et ont encore à ce jour bon pied bon oeil. Ils étaient très accueillants et ont partagé avec nous un grand nombre d’histoires ! Au final, ils étaient très heureux de nous avoir rencontrés, car nous étions les premiers « descendants » du North Shore, le régiment qui a libéré leur village, à venir à leur rencontre.

Cet après-midi-là nous avons marché de Bretteville-Le-Rabet jusque vers Falaise, en passant par Sassy (environ 30km) et sommes entrés par la suite dans Falaise, une ville qui a été énormément bombardée, car les Allemands y étaient retranchés. »

« Notre experience en Normandie est une chose dont mon fils et moi nous souviendrons pour le reste de nos vies. Merci beaucoup à l’équipe du Centre Juno Beach ! »

Capt. (Ret.) Andrew Webb, R22R, Bosnie 1993-1996.

au cours de la Seconde Guerre mondaile

Les dépêches de Juno partagent toutes les nouvelles, les événements et les histoires du Centre Juno Beach en France et au Canada. Intéressé à contribuer une histoire sur le blog? Envoyez un courriel à l'éditeur à jbca@junobeach.org.

Laisser un commentaire