Témoignage – Souvenir

| mai 7, 2020

Aujourd’hui, nous partageons avec vous le témoignage de Maximé Bouché, Responsable Boutique du Centre Juno Beach.

💬 « Originaire des Ardennes, mon histoire familiale m’a souvent ramené à la Seconde Guerre mondiale.

Du côté paternel, mes arrières grands-parents possédaient une ferme à Haybes. A l’époque, toutes les productions de la ferme étaient réquisitionnées par les Allemands mais mes arrières grands-parents ne l’entendaient pas de la sorte ! Ils se sont organisés pour faire passer une partie des produits alimentaires (œufs, viande, légumes, beurre et lait) via un réseau de résistants à travers la forêt profonde Ardennaise afin d’aider certaines familles françaises et belges. Il fallait être très discret car les Allemands et les « collabos » (comme dit mon grand-père) étaient très présents. Mon arrière grand-mère et mon grand-père faisaient de grandes virées en forêt très fréquemment en prétextant aller « au bois » et cachant la nourriture dans de la paille ! J’aime tellement entendre mon grand-père me parler de cette époque. Cela créer en moi une très grande fierté et me donne encore et toujours envie de lui, de leurs dire, merci. Aussi, cela m’a très vite fait prendre conscience du besoin de commémorer, de ne pas oublier mais surtout d’en tirer les bonnes conclusions pour construire un avenir serein. Mes grands-parents ont été, pendant très longtemps président et trésorière de l’UNC de Haybes. Je n’oublierai jamais cette phrase de mon grand-père : « Tu sais Maxime, la guerre ce n’est vraiment pas beau ! ». C’était sa manière, lorsque nous étions petits avec mes frères, de nous faire comprendre les choses.

Du côté maternel, mon grand-père n’est pas resté sans rien faire. Il a très vite rejoint un réseau maquisard à Revin. Il s’est battu tout au long de guerre pour faire passer de la nourriture, des armes et organiser des opérations de sabotage aux alentours. Il a vécu des moments très durs en forêt avec ses copains. En particulier le 13 juin 1944, où une partie de son groupe s’est retrouvé capturé et tué sur place en pleine forêt (plus de détails ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Maquis_des_Manises ) dans le maquis des Manises. Il a vu ses copains creuser leur tombe et être assassinés sur place par les troupes Allemande. Après la guerre, il est souvent revenu sur place avec ma maman pour lui expliquer cette histoire. Histoire que ma mère m’a également transmise. Nous sommes très souvent retournés sur place pour nous souvenir de notre grand-père et de ses « copains » qui ont tout fait pour notre liberté !

Cette manière dont ma famille a vécu ces années de conflit, ce patrimoine et cette fierté familiale, Ardennaise, Française sont autant d’éléments qui me poussent tous les jours à vouloir continuer à transmettre aux côtés des Canadiens dont les soldats ont débarqué le 6 juin 1944. Nous devons nous souvenir ! Ne pas oublier et en tirer des conclusions pour construire un avenir de paix. C’est ce devoir de ne pas oublier qui m’a motivé pour accepter le poste de responsable de la boutique du Centre Juno Beach. »

Les dépêches de Juno partagent toutes les nouvelles, les événements et les histoires du Centre Juno Beach en France et au Canada. Intéressé à contribuer une histoire sur le blog? Envoyez un courriel à l'éditeur à jbca@junobeach.org.

Laisser un commentaire