Serai-je rentré pour Noël ?

| décembre 9, 2019

Après la bataille de l’Escaut, la Première Armée canadienne prend position dans ses quartiers d’hiver. Pendant trois mois, du 8 novembre 1944 au 8 février 1945, les Canadiens ne participeront à aucune opération d’envergure. Le repos est bienvenu : la 3e Division d’infanterie et la 2e Brigade blindée combattent depuis le début de juin, les autres unités depuis juillet.

Au cours de ce repos bien mérité, l’Armée Canadienne s’est efforcée de garder le moral de ses soldats, en particulier ceux des unités combattantes. Des soldats de l’infanterie et des blindés sont sortis de la ligne près de Nimègue. La petite ville néerlandaise est devenue une ville canadienne : les troupes canadiennes ont été logées chez des civils locaux dans la région. Pour les remercier, les Canadiens ont partagé leurs rations avec leurs hôtes. En décembre, les troupes ont commencé à recevoir des quantités supplémentaires de «levure, farine, œufs, cornichons ou sauces, riz et farine d’avoine, fromage et confiture» pour compléter leur régime alimentaire habituel.

Lance-Corporal Harry Repay of the Scout Platoon, South Saskatchewan Regiment, visiting a Dutch family in their home near Nijmegen, Netherlands, 8 December 1944 (Lieut. Michael M. Dean / DND / LAC / PA-161302).
Private Fernand M. Bonneau distributing bread to children attending Christmas party sponsored by the 1st Canadian Army, Tilburg, Netherlands, 24 December 1944 (DND / LAC / PA-114066).
Sapper Bert Stenhouse offering candy to a Dutch girl on a sleigh, Nijmegen, Netherlands, ca. 9-10 January 1945 (Lieut. Michael M. Dean / DND / LAC).

Les congés étaient également présents sous différentes formes. Il y avait des permissions de 48 heures, laissant aux troupes le temps de visiter des villes françaises, belges et néerlandaises. Nimègue était le foyer du Canada Club, où des militaires canadiens pouvaient manger et boire, assister à un spectacle ou danser avec des infirmières de l’armée. Juste à côté se trouvait le Blue Diamond, le « plus grand restaurant de hamburgers d’Europe du Nord-Ouest ». Des hommes et des infirmières mangeaient des hamburgers au bœuf fourrés avec oignons, des beignets croustillants, de la tarte feuilletée, des haricots cuits au four … et du café … Tout cela gratuitement ! »

The Cosmopolite Hotel, requisitioned as the Maple Leaf leave centre for Canadian military personnel, Brussels, Belgium, 22 October 1944 (Lieut. Frank L. Dubervill / Library and Archives Canada / Dept. of National Defence / PA-116751).

Canadian military personnel examining the « This Week In Brussels » poster at the Cosmopolite Hotel, now the Maple Leaf leave centre, Brussels, Belgium, 22 October 1944 (Lieut. Frank L. Dubervill / Canada. Dept. of National Defence / Library and Archives Canada / PA-116711).

Après Noël, des permissions d’une semaine ont permis aux troupes canadiennes de rentrer en Angleterre. L’Armée Canadienne a passé près de cinq ans en Grande-Bretagne, c’est pourquoi de nombreux d’hommes ont rendu visite aux familles anglaises avec lesquelles ils avaient créé des liens pendant leur formation. Certains ont retrouvé leur fiancée, leur épouse ou même leurs enfants (certains rencontraient leurs fils ou leurs filles pour la première fois). D’autres ont rendu visite à leur famille qui vivait en Grande-Bretagne.

Personnel of The Cameron Highlanders of Ottawa (M.G.) and unidentified British soldiers preparing to board the first leave train en route to England, Oisterwijk, Netherlands, 31 December 1944 (Lieut. H. Gordon Aikman / DND / LAC / PA-138301).

Quelques hommes ont eu la chance de prendre 30 jours de congé au Canada. 450 soldats, qui avaient servi 5 ans à l’étranger, sont arrivés au Canada juste à temps pour Noël. Après avoir reçu un accueil de héros à Montréal, les hommes se sont dispersés dans des trains pour différentes destinations à travers le pays. Leurs proches les ont accueillis chaleureusement à leur arrivée dans le froid hivernal canadien.

Troops serving in Italy were included in the 30-day home leave program. Private Lyle Enright, a dispatch rider from the 1st Anti-Tank Regiment, 1st Canadian Infantry Division, greeting his wife upon returning from overseas for Christmas (DND / LAC / e010778956).

Unidentified personnel aboard H.M.T. MAURETANIA arriving from England for thirty-day rotation leave, Halifax, Nova Scotia, Canada, 11 December 1944 (Lee / DND / LAC / PA-160950).

Private J.S.P. Bowen, Princess Patricia’s Canadian Light Infantry (P.P.C.L.I.), saying goodbye to a young friend before leaving Italy for a thirty-day Christmas leave in Canada. Italy, 1944 (DND / LAC / PA-173667).

Pendant tout ce temps, la guerre a continué. Les soldats canadiens ont continué à mourir : 68 officiers et 1 171 soldats ont perdu la vie entre le 9 novembre et le 31 décembre 1944. Néanmoins, les soldats canadiens ont profité de cette période de régénération pour se préparer aux dernières batailles qui allaient mettre fin à la guerre.

Les dépêches de Juno partagent toutes les nouvelles, les événements et les histoires du Centre Juno Beach en France et au Canada. Intéressé à contribuer une histoire sur le blog? Envoyez un courriel à l'éditeur à jbca@junobeach.org.

Laisser un commentaire