Souvenirs – Témoignage

| avril 7, 2020

Aujourd’hui, nous partageons avec vous l’émouvant témoignage de Pam Calvert, Administratrice de l’association Centre Juno Beach au Canada. Dans ce texte, Pam nous raconte son parcours du souvenir.

💬 « Cela a commencé tout simplement avec un vétéran en 2005 : Le capitaine de corvette Gordon Hendery RCN, lorsqu’il est venu dans ma classe d’histoire à Oakville Trafalgar High School pour raconter ce qu’il a vécu au cours de la Seconde Guerre mondiale. Vous auriez pu entendre une épingle tomber alors qu’il racontait son histoire.

Il m’a ensuite demandé si mes élèves connaissaient les histoires des soldats sur notre cénotaphe scolaire. J’ai eu honte de dire que non. Il m’a dit qu’ils devaient connaître ces histoires pour comprendre et se souvenir des sacrifices consentis pour nous donner le Canada que nous avons aujourd’hui. L’année suivante, j’ai participé au voyage d’été des champs de bataille pour enseignants dirigé par le Centre Juno Beach et j’ai été changée pour toujours après être entrée dans le cimetière du débarquement non loin de Juno Beach. Des pierres tombales rangée après rangée … La plupart étaient des garçons à la fin de l’adolescence et au début de la vingtaine. C’était navrant… 2 000 d’entre eux… tellement… Je pleurais. Qui étaient-ils ? D’où viennent-ils ? Étaient-ils célibataires ou mariés ? Que voulaient-ils faire à leur retour ? Les échos de leurs pas étaient partout. Dans les cimetières, sur les plages… sur les sites mémoriaux. Il s’agissait pour moi de raconter leurs histoires. Dans les cimetières, j’ai trouvé des frères, des pierres tombales juives avec de petites pierres sur le dessus, des noms autochtones et ethniques, de petits drapeaux canadiens, des épingles et des images et des souvenirs de visiteurs précédents. C’était profond et puissant. Lorsque j’ai pu revenir plus tard avec des étudiants qui avaient fait des recherches sur un soldat, ils s’asseyaient tranquillement, avec révérence et fièrement sur les pierres tombales de « leurs » soldats… Les étudiants étaient devenus les conteurs. Eux aussi ont entendu les échos de voix, il y a longtemps réduites au silence, mais maintenant ranimées. Tous les élèves ne peuvent pas se permettre ces voyages, mais grâce aux documents numériques d’archives et à la technologie virtuelle, ils peuvent visiter les cimetières et entrer en contact avec leur soldat. Une fois l’histoire d’un soldat racontée, il n’est jamais oublié.

J’ai réalisé que le secret pour enseigner l’histoire à la prochaine génération était la narration. Conte étudiant…

Je mets beaucoup de passion à aider le CJB à raconter l’héritage, les réalisations et les leçons de la Seconde Guerre mondiale. Je suis bénévole pour la JBCA au Canada depuis 2007. C’est un musée qui raconte l’histoire que nos anciens combattants voulaient raconter au Canada. C’est une expérience éducative incroyable pour les étudiants, les familles et les visiteurs du monde entier.

Alors que la foule de 6 000 personnes regardait nos 38 anciens combattants descendre lentement sur la plage après la cérémonie canadienne marquant le 75e anniversaire du Jour J le 6 juin 2019 à Juno Beach – la plupart en fauteuil roulant, certains avec des cannes et certains sans soutien – Je me suis demandé ce qu’ils pensaient. J’espérais qu’ils ne se souvenaient pas des horreurs de la guerre et de la perte de leurs amis, mais de la libération qu’ils avaient apportée en Normandie puis aux Pays-Bas alors qu’ils aidaient à mettre fin à l’emprise nazie sur l’Europe. Ils ont défendu la paix, la liberté et la tolérance et ont fait de ces valeurs celles auxquelles le Canada est fidèle aujourd’hui.

Nous devons transmettre les histoires et l’importance du rassemblement de bonnes personnes pour un monde meilleur.

Je vous laisse avec ce poème que le fondateur du Centre Juno Beach, Garth Webb, a souvent lu lorsqu’il prenait la parole en public.

À vous qui m’en avez donné le temps
Par Arnie Hanenberg RCAF (Traduit par Jean Migrenne) :

Au prix de votre vie perdue dans cette guerre,
J’ai survécu – est-ce mérité ?– grâce
À vous qui m’en avez donné le temps !

Voir s’agrandir ma famille,
Voir le bonheur de mes petits-enfants :
Vous ne connaîtrez rien de cela.
Grâce à vous, j’en ai eu le temps !

Travailler et me divertir.
Voir le soleil se coucher le soir,
Voir en mai mon jardin s’épanouir.
Grâce à vous, j’en ai eu le temps !

Stanley Cups et Super Bowls,
Faire mon boulot, avoir ce que je voulais,
Changer de casquette, jouer plus d’un rôle :
Grâce à vous, j’en ai eu le temps !

Vivre soixante ans et même davantage
Après une guerre aussi meurtrière,
Sans attaque d’avions, sans tonnerre de canons,
Grâce à vous, j’en ai eu le temps !

Avoir passé quatre-vingts ans aujourd’hui,
Avoir vécu pleinement, connu la liberté,
Éternellement j’en rendrai grâce
À vous qui m’en avez donné le temps

Merci de m’avoir permis de partager mon parcours du Souvenir.
N’oublions jamais.»

 Lt. Cmdr. Gordon Hendery 1944

Les dépêches de Juno partagent toutes les nouvelles, les événements et les histoires du Centre Juno Beach en France et au Canada. Intéressé à contribuer une histoire sur le blog? Envoyez un courriel à l'éditeur à jbca@junobeach.org.

Laisser un commentaire