Mark Ishii, petit-fils de Masumi Mitsui

Nous avons été heureux d’accueillir Mark Ishii au Centre Juno Beach ces derniers jours. Mark est le petit-fils de Masumi Mitsui, vétéran canadien de la Première Guerre mondiale d’origines japonaises.

En août 1917, le soldat Mitsui était à la tête de son peloton lors de la bataille de la Cote 70. Il a été un des cinq survivants sur les 35 membres de l’unité. Pour son leadership et sa bravoure, Masumi Mitsui s’est vu décerner la Médaille militaire. Après la guerre, le caporal Mitsui a mené son peloton de l’autre côté du Rhin et dans Cologne. Malgré la fin de la guerre et sa promotion au rang de sergent en février 1919, Masumi Mitsui a écrit son sentiment de se sentir  » très déprimé  » en raison des pertes subies par son unité, en particulier la mort de son ami Kumakichi Oura en octobre 1918. Le sergent Mitsui a été officiellement libéré de ses obligations militaires le 23 avril 1919.

Masumi Mitsui in the First World War.

Lorsque les Canadiens d’origines japonaises ont été déclarés ennemis étrangers au cours de la Seconde Guerre mondiale, Mitsui et sa famille ont reçu l’ordre de se rendre dans un camp d’internement. Le gouvernement canadien a alors privé les Canadiens d’origines japonaises de leurs libertés, de leurs biens, de leurs propriétés et les a forcés de s’installer dans des camps d’internement. Lorsque le sergent Mitsui s’est présenté au bureau de la Commission de Sécurité de Colombie Britannique, sa fille se souvient qu’il a jeté au sol ses médailles de la Grande Guerre en signe de protestation.  » A quoi bon ? » a t’il demandé à l’officier en charge.

Au cours de sa longue vie, le sergent Mitsui a commémoré dans l’intimité : chaque année le Jour du Souvenir il portait son uniforme et ses médailles en hommage à ses camarades de combats. Cependant, il n’a jamais participé à des cérémonies officielles avant 1983, quand la ville de Hamilton l’a invité en tant qu’invité spécial à la cérémonie de la ville. Deux ans plus tard, il était invité d’honneur à la réinauguration du Mémorial de Guerre des Canadiens d’origines japonaises, dont la flamme éternelle avait été éteinte en 1942 quand les Canadiens d’origines japonaises avaient été internés.

Un autre petit-fils de Masumi Mitsui, David Mitsui, a collaboré avec une de nos recherchistes, Katherine Morrow, afin que son histoire soit inclue dans le projet de Musée Virtuel qui verra le jour en novembre prochain.

Mark a fait don au Centre de documents relatifs à l’histoire de son grand-père au profit de futurs projets de recherche. Nous sommes reconnaissants aux descendants de Masumi Mitsui d’avoir partagé son histoire avec nous !

Les dépêches de Juno partagent toutes les nouvelles, les événements et les histoires du Centre Juno Beach en France et au Canada. Intéressé à contribuer une histoire sur le blog? Envoyez un courriel à l'éditeur à jbca@junobeach.org.

Laisser un commentaire