Une jeune enseignante canadienne au CJB

| mai 1, 2015

Kathryn Erickson, étudiante de la faculté des sciences de l’éducation de Queen’s University à Kingston, en Ontario, a effectué un stage d’un mois au Centre Juno Beach. Elle partage avec nous les fruits de son expérience.

Pendant un mois, j’ai eu l’opportunité d’observer les différents aspects des activités pédagogiques du Centre Juno Beach. Mon objectif premier consistait à évaluer la manière dont les élèves interagissent au cours des différentes étapes de leur visite, à savoir lors de la visite commentée du Parc Juno, dans le parcours permanent, dans l’exposition temporaire et lors de la projection du film “Dans Leurs Pas”. Afin de mener à bien une évaluation, j’ai interrogé plus de 20 professeurs d’histoire canadiens pour savoir comment ils avaient préparé leurs élèves au voyage et quel était l’impact de leur préparation sur l’expérience vécue par leur groupe.

Certains groupes scolaires avaient effectué des recherches sur des soldats et avaient préparé leur visite des mois à l’avance. Je les ai écoutés avec beaucoup d’intérêt me parler de leurs recherches et les enseignants étaient convaincus que les élèves avaient tiré un grand bénéfice de cette connexion personnelle établie avec des événements du passé. Souvent, ces enseignants appelaient leurs élèves pour qu’ils me parlent de leurs recherches. Ainsi, un élève de 16 ans de Calgary, Alberta, m’a dit : « Cela a été difficile de trouver des informations, mais cela a été une satisfaction de mettre un visage, ou plutôt une tombe sur un nom. » Les connexions personnelles constituent une manière de créer des liens forts et j’ai été déçue de constater que seulement 5 groupes scolaires avaient fait des recherches.

Il était facile d’impliquer les groupes scolaires qui n’avaient fait que peu de préparation du moment qu’ils étaient prêts à écouter et à explorer ce que le Centre Juno Beach a à offrir. Après que j’ai interrogé son professeur, un élève de 17 ans de Windsor, Ontario, m’a dit : « Je suis passionné par l’histoire du Canada et le musée m’a permis de vraiment d’immerger dans le sujet ». Un professeur de Winnipeg, Manitoba, m’a dit qu’il « aimait vraiment les présentations du musée car les élèves avaient pu facilement suivre le cours des événements ». Cependant, certains groupes n’étaient à l’évidence pas intéressés par la riche histoire de la région et par ce que représente le CJB. Ils étaient plus intéressés par le WiFi gratuit, ou épuisés par leur voyage, ou encore certains n’avaient jamais entendu parler de Juno Beach avant d’y avoir mis les pieds.

Je rêve de revenir un jour en Europe avec mes propres élèves, pour leur enseigner le passé. Nous visiterons les sites de guerre canadiens et nous rendrons hommage à ceux qui ont combattu pour notre pays. Mon stage m’a vraiment fait prendre conscience de l’importance de préparer les élèves à ce qu’ils vont découvrir et du besoin de faire de son mieux pour qu’ils s’impliquent dans l’expérience qu’ils vont vivre. Des lieux comme le Centre Juno Beach ont beaucoup à offrir aux éducateurs et aux étudiants venus du Canada comme de France. Nous devons veiller à ce que le passé soit transmis aux générations futures.

Kathryn Erickson, Faculty of Education
Queen’s University, Kingston ON


Les dépêches de Juno partagent toutes les nouvelles, les événements et les histoires du Centre Juno Beach en France et au Canada. Intéressé à contribuer une histoire sur le blog? Envoyez un courriel à l'éditeur à jbca@junobeach.org.

Laisser un commentaire