Inauguration des nouvelles expos temporaires

Le Centre Juno Beach a inauguré hier 2 expositions temporaires « Vimy 1917 : Une bataille canadienne en France » en accès libre dans le hall et « De Vimy à Juno : Mémoires des Canadiens en France » présentée dans notre salle des expositions temporaires, dotée d’un programme éducatif ainsi que d’une web application. En présence de François SAINT-PIERRE ALLAIRE de la société de scénographie MERLICHT de Montréal, qui a assuré la conception et la réalisation de l’exposition avec le CENTRE JUNO BEACH. En présence aussi de la Start up TWELVE SOLUTIONS de Caen, qui a développé la web application sur laquelle repose le programme éducatif et famille conçu et développé avec ANNE SEIGNOT-RENOUARD, chef de projets culturels et consultante en muséologie.

DSC05369

Etaient présents pour prendre la parole Mr Pierre GUIMOND, Ministre conseiller à l’ambassade du Canada à Paris. Mr Jean-François DUTERTRE, Directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) de Normandie et Mr Jean-Marie BERNARD, Président de la commission « Développement économique, enseignement supérieur et numérique » de la Région Normandie. L’Etat français et la Région Normandie ont soutenu financièrement le programme numérique de l’exposition dans le cadre de l’appel à projets « Services numériques innovants et tourisme de mémoire en France ».

DSC05419

Nous ont également fait l’honneur de leur présence le capitaine de vaisseau Yves GERMAIN, attaché de Défense ; Greg KENNEY, directeur général du Mémorial du Canada de Vimy ; Mme Caroline DROMAGUET du Musée canadien de la guerre à Ottawa ; Mme Liz SWEET, Directrice des Relations Externes de la Commonwealth War Graves Commission, Europe de l’ouest et Mr Carl LIVERSAGE chef des Relations Externes, ainsi que Mr William MOODY, superviseur de secteur ; les représentants du CREDIT AGRICOLE qui a soutenu l’acquisition de l’écran tactile géant ; Mme Sylvie DROUET, Chargée de mission Développement Economique à la DIRECCTE ; Mme Sandrine FANGET, chef du service tourisme de la Région Normandie ; Mr Paul CHANDELIER, Président du Comité Départemental de Tourisme ; Monsieur Carl JOLY, Directeur du CDT du Calvados.

DSC05436

 

Nous remercions également pour leur présence les acteurs touristiques du secteur Juno tels que des hébergeurs, restaurateurs, sociétés de guidages et musées, les représentants des familles de vétérans dont l’histoire est racontée dans l’exposition, les prestataires et entreprises qui ont collaboré à nos expositions et programmes.

 

En prévision du Centenaire de la bataille de la Crête de Vimy, le Centre Juno Beach travaille depuis 2 ans, en France et au Canada, à des expositions historiques, mémorielle et commémoratives.

L’exposition « Vimy 1917 : Une bataille canadienne en France » située ici dans le hall, en partenariat avec le Musée canadien de la Guerre à Ottawa, nous rappelle ce qu’a été la bataille de la crête de Vimy le 9 avril 1917.

La nouvelle exposition temporaire « De Vimy à Juno : Mémoires des Canadiens en France » est quant à elle une exposition sur la mémoire, sur la manière dont les Canadiens se sont souvenus et se souviennent encore de leurs morts des 2 guerres mondiales, sur la manière dont les Français les y ont aidés et les y aident encore.

Il me semble indispensable d’insister sur le contexte qui entoure l’inauguration de nos expositions et programmes, sur les enjeux mémoriels, commémoratifs, éducatifs, touristiques du travail du Centre Juno Beach, un musée qui se nourrit de sa double culture canadienne et française pour contribuer à l’attractivité de Juno Beach et de la Normandie.

Je vais conclure en vous remerciant tous de votre venue ce soir, en vous priant de devenir les ambassadeurs de cette exposition en incitant le plus grand nombre à venir la visiter. Je remercie aussi toute l’équipe du Centre Juno Beach pour le travail réalisé.

Nathalie Worthington
Directrice du Centre Juno Beach

DSC05473

Cette exposition a pris racine dans une grande question que nous avons souvent entendue…
« Qu’allons-nous faire lorsqu’il n’y aura plus de vétérans de la Seconde Guerre mondiale ? Aurons-nous les moyens, nous qui n’avons pas vécu ces guerres, de transmettre leur héritage sans eux ? »
Et d’un constat : Il y a, en terre de France plus de 52 000 Canadiens qui y ont perdu la vie durant les 2 guerres mondiales. La France est de loin le pays où il y a le plus grand nombre de soldats canadiens qui y reposent.

Avec un savant calcul de proportionnalité démographique et de taux d’enrôlement, si on inversait les rôles, en imaginant que la France aurait combattu au Canada lors des deux guerres mondiales, cela voudrait dire qu’il y aurait aujourd’hui plus de 250 000 soldats Français enterrés en sol canadien.

Pour une nation aussi jeune que le Canada, son implication en France lors des 2 guerres mondiales est un acte fondateur en deux temps, une affirmation de son existence, de son caractère et de ses capacités.

Voilà pourquoi la France est une terre de pèlerinage pour des milliers de Canadiens encore aujourd’hui. C’est littéralement un morceau de nous, chez vous.

Pour des milliers de familles canadiennes et françaises aujourd’hui, ce lien historique et mémoriel est encore très concret et pourtant, pour d’autres, il est de moins en moins connu.

C’est donc à partir de ces observations que nous avons retracé l’histoire de la construction de la mémoire des Canadiens en France, avec ses forces, mais aussi sa fragilité.

Au cœur de l’exposition au centre d’une rivière de 52,022 coquelicots symbolisant les morts canadiens des 2 guerres, on découvre un morceau de pierre du monument de Vimy datant du monument avant sa grande rénovation de 2005 à 2007.

Les surfaces graphiques murales fixées sur les murs extérieurs de la salle traitent chronologiquement de la mémoire des 2 conflits mondiaux jusqu’à nos jours.

Le parcours pédagogique adresse ces mêmes considérations, avec un angle adapté aux jeunes d’aujourd’hui. Les histoires de 4 familles, 3 canadiennes et 1 française nous sont livrées par l’entremise de jeunes qui sont les descendants de soldats qui ont vécu les deux guerres mondiales.

Vous retrouverez donc ces « narrateurs » d’aujourd’hui, Alyssa, Kevin, Jonah, Laine, et Arlene et ils vous guideront au travers leur histoire familiale grâce aux ilots dispersés au fil de l’exposition. Grâce à eux, nous livrons les vécus des familles à l’aide de voix réelles et actuelles.

Nous avons aussi voulu créer des outils pédagogiques qui répondent au programme de l’Education Nationale, pour permettre aux élèves d’explorer, je cite : « Les dimensions pédagogiques de la commémoration du centenaire, d’avoir une approche interdisciplinaire et ouverte sur les mémoires portées par d’autres pays, et faire le lien avec la Seconde Guerre mondiale et le développement de l’idée européenne. »

Pour ce faire, nous avons développé 2 applications numériques et la société avec laquelle nous avons travaillé sera disponible pour vous donner un aperçu de la version créée pour les familles.

L’appli dédiée aux scolaires adolescents a pour objectif de générer l’interaction entre les élèves et les guides du Centre Juno Beach afin de créer des parallèles et comparaisons entre les expériences des 4 familles de l’exposition. Grâce à cet outil numérique les guides sont en mesure d’arbitrer le dialogue entre les équipes, tout en apportant la matière historique adaptée. L’appli permet aux élèves de travailler en collaborant ensemble plutôt que de manière isolée.

Les thèmes abordés sont :

  • les notions de service volontaire et de conscription ;
  • la vie sur le front ;
  • l’impact de la guerre sur les civils et les familles ;
  • la distance géographique entre la France et le Canada ;
  • et enfin, la reconnaissance des vétérans et leurs droits dans les années d’après guerres

Voilà donc les ingrédients que nous avons réunis afin de démontrer que la force et la vitalité de la transmission de cette mémoire dépend de cette alchimie entre français et Canadiens car c’est le regard de l’autre qui renforce ce lien.

En commémorant ensemble, plutôt que séparément, la démarche prend vie. Pour que ce lien soit transmis, il doit d’abord être compris et ressenti.

C’est en ce sens que nous avons voulu démontrer aux Français et aux Canadiens d’aujourd’hui, ce passé commun pour mieux l’offrir aux français et aux Canadiens de demain.

Marie Eve Vaillancourt, Responsable du Service Historique du Centre Juno Beach


 

 

 

Les dépêches de Juno partagent toutes les nouvelles, les événements et les histoires du Centre Juno Beach en France et au Canada. Intéressé à contribuer une histoire sur le blog? Envoyez un courriel à l'éditeur à jbca@junobeach.org.

Laisser un commentaire