Au revoir Georges Regnauld…

C’est avec tristesse que nous apprenons le décès de Georges Regnauld, qui s’est éteint le 11 novembre 2018.
Georges Regnauld était un très grand ami de la communauté Juno Beach.

Il avait 19 ans lors du Débarquement allié le 6 juin 1944 et résidait avec ses parents à Bernières-sur-Mer. Il travaillait dans une ferme, près de Bernières. A l’aube du 6 juin, il nous racontait souvent qu’il a vu l’horizon plein de navires et il a compris qu’il s’agissait du Débarquement. Dans de nombreux témoignages, Georges nous a raconté sa journée du 6 juin, qu’il a toujours décrite comme le jour le plus long de sa vie. Georges a activement participé au Jour J, en donnant notamment les premiers secours aux blessés, mais aussi en enterrant les morts.

Le jour du 6 juin, il a surtout été très marqué par sa première rencontre avec un Canadien francophone qui lui a dit : « Es-tu Boche, toi ? ». Depuis cet échange, Georges est resté l’ami des soldats canadiens. Une correspondance de plus de 70 ans, avec de nombreux vétérans et leurs familles, en témoigne.

Georges a passé sa vie à perpétuer la mémoire des disparus en fleurissant des tombes de jeunes Canadiens rencontrés le Jour J, comme Corvac Medrick Joseph, des Queen’s Own Rifles of Canada, tué le 6 juin 1944, ou en recevant les vétérans chez lui. Il a toujours été présent lors des commémorations.

Georges a également suivi de très près la création du Centre Juno Beach. En juin 2017, il a fait don au Centre Juno Beach de ses correspondances, ses témoignages, ses photos. Nous nous rappellerons toujours de cet homme bienveillant, renseignant les touristes sur l’assaut de Juno Beach, ou encore de Georges à vélo à travers Bernières et Courseulles.

« Je suis de ceux qui se souviennent mais n’oublient pas » – G. Regnauld.

Les dépêches de Juno partagent toutes les nouvelles, les événements et les histoires du Centre Juno Beach en France et au Canada. Intéressé à contribuer une histoire sur le blog? Envoyez un courriel à l'éditeur à jbca@junobeach.org.

Laisser un commentaire