D-Day Revisited au CJB

| juin 4, 2016

Aujourd’hui, le Centre a organisé une cérémonie anglo-canadienne en l’honneur d’un groupe de vétérans et Britanniques venus visiter le Centre Juno Beach avec 45 vétérans de la Bataille de Normandie, dont 4 qui ont débarqué et combattu sur Juno Beach aux côtés des Canadiens en juin 1944. Le voyage est organisé par «D-Day Revisited », une association caritative britannique qui a pour but de permettre aux vétérans de revisiter les lieux où ils ont combattu en Normandie.

De si grands groupes de vétérans sont aujourd’hui rares et le personnel du Centre Juno Beach  a vécu avec le public un moment exceptionnel d’une grande intensité émotionnelle.

Merci de votre visite, nous n’oublierons pas de si tôt le moment passé ensemble.

Extrait de la cérémonie prononcé par Marie-Eve Vaillancourt, Responsable du Service historique du Centre Juno Beach:

Un lien naturel et ancien unit les Canadiens et les Britanniques. La Seconde Guerre mondiale a approfondi ce lien.

En 1939, le Canada était le seul pays allié de la Grande-Bretagne dans l’hémisphère occidental. La contribution  du Canada durant la Bataille de l’Atlantique, notre engagement le plus long de toute la guerre, a été vital pour assurer un flot continu de nourriture et d’armement vers la Grande-Bretagne.

Au Canada, en toute sécurité loin de la guerre, le Plan d’Entraînement aérien du Commonwealth a permis la formation de plus d’un million de pilotes. Un grand nombre de pilotes canadiens ont été intégrés dans la Royal Air Force durant la Bataille d’Angleterre en 1940.

De nombreux enfants britanniques on été accueillis dans des familles canadiennes pour fuir le Blitz. Soldats canadiens et anglais ont vécu et se sont entrainés ensemble pour la libération de l’Europe.

Beaucoup de régiments canadiens trouvent leurs racines dans les Highlands ou sont de souche irlandaises, écossaises ou galloises. Par exemple, le Calgary Highlanders, de l’Alberta, le Black Watch, de Montréal, Québec, le Canadian Scottish, de Victoria en Colombie-Britannique, les North Nova Scotia Highlanders, de la Nouvelle-Ecosse dans les Maritimes, les Queen’s Own Rifles de Toronto, ou les Cameron Highlanders of Ottawa, en Ontario. Le Irish Regiment of Canada, le Princess of Wales’ Own Regiment, or the Stormond Dundas and Glengarry… pour n’en nommer que quelques-uns.

Avant le débarquement en Normandie, les Canadiens ont combattu avec des unités britanniques à Dieppe, en 1942. Incorporés dans la 8e Armée britannique, ils ont aussi débarqué ensemble en Italie en 1943.

La présence britannique sur Juno est impressionnante. Plus de 8,000 troupes britanniques ont été incorporées dans la 3e Division d’Infanterie canadienne, parmi 14 000 soldats canadiens. Le long des 8km de plage Juno, plus d’une trentaine de régiments britanniques étaient rattachées aux brigades canadiennes.

Etaient présents plusieurs Beach Groups, chacun composé de compagnies de police militaire, d’ingénieurs, d’unités de reconnaissance ainsi que plusieurs régiments d’artillerie, d’infanterie et de blindés. Même des éléments de la Royal Air Force étaient déployés au-dessus de la plage canadienne, sans oublier la présence indispensable de la Royal Navy, qui a assuré le débarquement des unités canadiennes le matin du 6 juin 1944.

Pendant et immédiatement après le Jour J, les unités canadiennes et britanniques ont dû établir une première tête de pont solide, afin de créer une ligne de front continue. La poussée vers l’intérieur des terres durant les semaines ont suivi le débarquement est devenue la ligne de front anglo-canadienne. Cette ligne s’étendait de Ouistreham à Bayeux sur plus de 50 km. Les Canadiens et les Britanniques ont vécu la bataille de Normandie ensemble et ont maintenu cette ligne de front sans  relâche pendant un mois avant de réussir à atteindre la ville de Caen.

Ce lundi, lors de notre 72e cérémonie commémorative du Jour J, nous accueillerons parmi nous un vétéran britannique, Frederick Hall, de la Royal Artillery, qui a débarqué ici sur Juno comme certains d’entre vous.

Il nous a raconté un moment du matin du Jour J dont il se rappelle avec émotion. A bord d’une péniche de débarquement parmi des soldats canadiens, l’un d’eux lui a remis un badge avec une feuille d’érable et lui a dit : « Tu es maintenant un des nôtres. »

J’aimerais terminer en disant que c’est un honneur de vous avoir parmi nous aujourd’hui et nous pouvons le dire haut et fort : « Vous êtes tous des nôtres ».  Bienvenue sur Juno.  Bienvenue sur votre plage et soyez les bienvenus en Normandie !

Les dépêches de Juno partagent toutes les nouvelles, les événements et les histoires du Centre Juno Beach en France et au Canada. Intéressé à contribuer une histoire sur le blog? Envoyez un courriel à l'éditeur à jbca@junobeach.org.

Laisser un commentaire