Le Canada durant la seconde guerre mondiale

Personnes

Lorenzo Tremblay

Identité
Lorenzo TREMBLAY (Joseph Arthur Lorenzo)
Né le 10 janvier 1922 à Val-Brillant, Québec
Fils de Pierre Tremblay et Marianne Brochu
Marié en premières noces à Marie-Jeanne Chénard – Marié en secondes noces à Aurore Boudreau, le 1er novembe 1997
Père de Raymond et Alain

Origines normandes connues
Côté paternel : Pierre Tremblay, est originaire de Randonnai, petite commune du Perche en Normandie. Seul chef de famille de ce nom venu de France, il est l’ancêtre de tous les Tremblay d’Amérique. Première mention de son nom à Québec en 1647. Le 2 novembre 1657, il épouse Ozanne Achon, native de Chambon, diocèse de La Rochelle. Il est âgé de trente et un ans. Elle en a vingt-quatre. Ils s’établissent sur une ferme de la côte de Beaupré dans cette partie qui formera plus tard la paroisse de « L’Ange-Gardien ». Pierre Tremblay  consacre toute sa vie à l’exploitation de la terre.

Scolarité
Lorenzo Tremblay suit des études primaires et secondaires.

États de service militaire
Matricule : E-42305
Grade à la sortie : Sergent
Le 10 juillet 1941, Lorenzo Tremblay s’enrôle dans les Fusiliers du Saint-Laurent. Il effectue sa formation militaire  dans différentes bases du Québec, de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. En 1943 il se rend en Angleterre avec les Voltigeurs de Québec avant de joindre le Régiment de la Chaudière, à la fin de l’été, à Hartley Row. Il débarque en Normandie le 6 juin 1944 et participe à l’enfer de Carpiquet. Il traverse la guerre avec le peloton de chenillettes (Bren Carrier Platoon). En 1944, Lorenzo Tremblay est promu directement de soldat à sergent en raison de son expérience et de ses qualités personnelles. Il participe aux combats en France, en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne, soit 11 mois sur la ligne de feu. Il revient au Canada en janvier 1946 et il est démobilisé le 5 février 1946.

Médailles et Décorations
Étoile de 1939-45
Étoile France-Allemagne
Médaille de la défense
Médaille canadienne du volontaire
Médaille de la guerre de 1939-1945

Après la guerre
Après sa démobilisation en 1946, Lorenzo Tremblay entre au service du Canadian National Railway (CNR). Après des études, il devient ingénieur de locomotives jusqu’en février 1951, alors qu’il occupe la même fonction avec la compagnie minière Iron Ore. Il travaille sur la Côte Nord du Québec jusqu’à sa retraite en juillet 1985. À 86 ans, Lorenzo Tremblay est toujours très actif : il cultive son potager, bricole, voyage, etc.

« Comme beaucoup de Québécois, je me suis enrôlé pour vivre l’aventure, voir du pays, subvenir aux besoins de ma famille dans un Québec frappé par la misère. Également par patriotisme et solidarité. Peut-être aussi me suis-je senti appelé à défendre mes frères français. Il est difficile d’isoler un seul facteur à l’origine de mon engagement. On peut aussi associer la volonté du peuple québécois d’aller libérer la mère patrie.
En 1647, à 21 ans, l’ancêtre Pierre part de la Normandie pour une bonne cause : aller développer le Québec. En 1941, à 19 ans, je m’enrôle avec une noble intention : la libération de la Normandie. Deux Tremblay. Deux histoires. Deux gestes nobles. Entre les deux : 300 ans d’histoire. »

 

 

Lorenzo Tremblay au musée du Régiment de la Chaudière à Lévis, Québec, 20 octobre 2007.

 

De droite à gauche : Lorenzo Tremblay, le lieutenant gouverneur Pierre Duchesne, Romuald Ouellet, Yvon Paré et Georges Isabelle.