Le Canada durant la seconde guerre mondiale

Personnes

Léo Gariepy

NOM : GARIEPY
PRENOM : Léonard Roger
NATIONALITE : Canadienne
DATE DE NAISSANCE : 3 octobre 1912
LIEU DE NAISSANCE : St-François de Sales, Laval, Québec, Canada
GRADE : Sergent
CORPS : 6e Régiment blindé – First Hussars

AVANT GUERRE
Léonard « Léo » Gariépy est né le 3 octobre 1912 dans la paroisse St-François de Sales à Laval, Québec, Canada. Il est le fils de Télésphore Gariépy et d’Alberta Tremblay et l’aîné de 12 enfants. Entre 1931 et 1935, il étudie la pathologie à l’Hôpital général de Montréal.
En 1936, Léo s’enrôle dans la milice active, les Canadian Grenadier Guards. Dès le lendemain de son enrôlement, il est promu au grade de cavalier équestre dans l’Escadron « A » des Royal Canadian Dragoons.
Le 1er septembre 1939, Léo est placé en service actif au sein de l’armée. La tension internationale monte et une nouvelle guerre semble de plus en plus inévitable.

ACTIVITES PENDANT LA BATAILLE DE L’ATLANTIQUE & LA BATAILLE D’ANGLETERRE
Le 1er mars 1940, le soldat Gariépy est transféré au régiment de la Cavalerie canadienne. Le 18 février 1941, ce régiment devient le 6e Régiment blindé First Hussars de London, Ontario. C’est avec ce régiment blindé que Léo débarquera sur Juno Beach le 6 juin 1944.
Dès le 1er août 1941, Léo Gariépy se qualifie en tant que conducteur au sein de son régiment blindé. Le 13 novembre 1941, il quitte Halifax, Nouvelle-Ecosse, à bord du HMS Oronsay avec pour destination la Grande-Bretagne. Il laisse derrière lui Edna, son épouse.  La traversée est longue et périlleuse avec de nombreuses attaques de U-Boat allemands sévissant un peu partout dans l’océan Atlantique.

EXPERIENCES EN GRANDE-BRETAGNE
Léo Gariépy arrive à Liverpool, en Angleterre, le 23 novembre 1941 avant d’être immédiatement transféré à Aldershot. C’est là que débute son entraînement intensif. Dès janvier 1942, le premier exercice régimentaire a lieu sur la plaine de Salisbury. Au cours de l’année 1942, Léo est promu au grade de sergent.

LE JOUR J & LA BATAILLE DE NORMANDIE
Le 6 juin 1944, vers 8h00 du matin, le régiment canadien des First Hussars débarque dans la première vague sur Juno Beach. Avec les forts courants et les vents violents, le régiment prend du retard pour débarquer ses chars d’assaut amphibies de type DD (Duplex Drive) en soutien des troupes. Le régiment souffre de lourdes pertes.
Les chars amphibies ont été fabriqués pour manœuvrer à près de 3 nœuds dans une mer de force 3. Le matin du 6 juin 1944, la mer est beaucoup plus forte. Une fois à terre, les chars amphibies peuvent se déplacer à une vitesse de près de 40 km/h malgré leurs 32 tonnes.
L’objectif du First Hussars consiste à soutenir les Canadian Scottish et les Royal Winnipeg Rifles dans le secteur « Mike » de Juno (Graye-sur-Mer et moitié ouest de Courseulles-sur-Mer) ainsi que les Regina Rifles, dans le secteur « Nan » (moitié est de Courseulles-sur-Mer).
Au sein de l’escadron « B », le sergent Gariépy est aux commandes du « Bucéphale », un des chars d’assaut amphibies DD débarqué sur la plage Juno le matin du Jour J. Il a sous son commandement quatre hommes : William McGinnis, conducteur ; Robert Neal, conducteur-adjoint ; Marcus Silverbery, canonnier et L. Nells, opérateur-radio. Léo occupe son poste de commandant au kiosque de vision à périscope contrôlant les manœuvres de direction du char.

APRES LA GUERRE
Jusqu’en 1947, Léo Gariépy enchaîne les mutations dans différents régiments blindés. Il est nommé officier instructeur auprès des jeunes recrues. Le 11 septembre 1947, il est libéré de ses fonctions militaires à Toronto. Après les années de guerre, le retour à la vie civile est difficile : problèmes financiers, de santé et de couple. En 1947, il est embauché par la West Steel Company de Toronto, Ontario. En 1949, il déménage à Saint-Roch-de-l’Achigan au Québec avec sa nouvelle compagne et leurs deux fils. Il travaille pour la British American Oil Company pendant près de 17 ans.
En mars 1964, Léo prépare son premier voyage de retour en Normandie pour le 20e anniversaire du Débarquement. En 1967, sa candidature est acceptée pour le poste d’adjoint technique à la ville de Courseulles-sur-Mer où il s’installe définitivement, mais sa famille ne le suit pas.
A la fin des années 60, Léo est à l’origine du renflouement du char d’assaut amphibie baptisé « Bold » qu’il a vu couler à Courseulles-sur-Mer le Jour J. Le char est rénové et offert à la ville. Il est exposé place Léo Gariépy, de l’autre côté du port et visible du Centre Juno Beach.

 Léo Gariépy décède subitement le 8 mai 1972. Citoyen d’honneur de la Ville, il repose dans le carré militaire du cimetière municipal de Courseulles-sur-Mer.