Le Canada durant la seconde guerre mondiale

Personnes

Joseph Duval

Identité
Joseph Duval (Joseph Sylva Emile)
Né le 19 janvier 1924 à Danielson, Connecticut, USA
Fils de Gaspard Duval et Émilia Deschênes
Marié à Aline Lavoie le 28 juin 1952
Père de Michèle, Sylvie, Guy et Lise

Origines normandes connues
Les ancêtres de Joseph Duval, originaires de Rouen, en Normandie, auraient émigré au Canada vers 1608. Bien que les origines normandes de Joseph Duval n’aient pas fait l’objet d’études permettant de les identifier précisément, il est fermement ancré dans la tradition orale de la famille que les ancêtres venaient de Rouen en Normandie.

Scolarité
Joseph Duval, fils de cultivateur, est issu d’une nombreuse famille de quinze enfants. Il fréquente l’École primaire jusqu’à la 5ème année. Il suit ensuite des cours de forestier et de mesureur de bois.

Etats de service
Matricule : D-157739
Grade à la sortie : Soldat
Joseph Duval s’enrôle en février 1943 à Longueuil avec le grade de simple soldat dans le Régiment de Maisonneuve de Montréal. Envoyé en Angleterre en mars 1944, il arrive en France le 10 juillet 1944. Il participe à la prise de Caen et se souvient qu’il a fallu un mois pour prendre la ville qui était farouchement défendue par les Allemands. Il participe à l’attaque de Falaise, où les combats contribuent à encercler 175 000 Allemands et à les priver de ravitaillement. Le 8 septembre 1944, vers 8 heures du soir, il est blessé au bras par balles de mitrailleuse à Bourgbourg dans le Pas-de-Calais, près de la frontière belge. Il rentre au Canada le 29 novembre 1944, pour être soigné à l’hôpital Sainte-Anne-de-Bellevue, au Québec et ensuite à l’hôpital Queen Mary de Montréal. Il subit 14 opérations avant d’être démobilisé au cours de l’été 1946.

Médailles et Décorations
Étoile de 1939-1945
Étoile France-Allemagne
Médaille de la Défense
Médaille canadienne du volontaire
Médaille de la guerre 1939-1945

Après la Guerre
Après la guerre, pendant 37 ans, Joseph Duval devient opérateur de machineries lourdes, notamment dans la construction d’autoroutes et aéroports.

 

« Je suis heureux d’être parti défendre l’Europe, mais encore plus heureux d’être revenu en bonne santé. Avec peu de connaissances, sans travail, sans argent et issu d’une nombreuse famille de quinze enfants, je me suis enrôlé. Suite à ce que j’ai vécu, j’ai pris conscience de l’importance de défendre mes origines qui sont de France. Je suis heureux d’être encore en vie pour le raconter et surtout fier de ce qui a été accompli par un simple soldat ».