Le Jour J à l’école

| janvier 13, 2017

Dans les classes de tout le pays, les élèves apprennent que les troupes canadiennes ont participé au débarquement de Juno Beach le 6 juin 1944 dans le cadre d’une invasion alliée d’envergure connue sous le nom de Jour J. Par contre, ils ne l’apprennent pas tous de la même façon.

L’un de nos anciens étudiants du Séminaire d’été, Scott Powers, a décidé de décloisonner le cours d’histoire. Il ne voulait pas que ses élèves se limitent à lire sur le Jour J ni à en entendre parler; il voulait leur donner l’occasion de vivre l’expérience et de comprendre les conditions auxquelles faisaient face les militaires canadiens.

Lorsque les Canadiens sont débarqués sur la plage, les Allemands avaient l’avantage. Ils occupaient les hauteurs et connaissaient bien le secteur. Ils étaient au sec, leurs armes ne risquaient pas de prendre l’eau et leurs chars ne risquaient pas de couler au fond de la Manche. Les Canadiens devaient s’acquitter d’une mission qui aurait pu sembler impossible : infiltrer le mur de l’Atlantique érigé par Hitler, donc prendre la plage.

On fait souvent ressortir le romantisme des longues promenades sur la plage. Ce jour-là, c’était loin d’être le cas. Il y avait des obstacles partout, et les balles sifflaient.

Scott s’est dit qu’il allait tenter de reproduire en partie ce chaos. Avec d’anciens élèves qui jouaient le rôle des Allemands, armés de sachets de farine, il a installé ses élèves sur le bord du lac Winnipeg, à Gimli, au Manitoba, et leur a intimé l’ordre de prendre la plage d’assaut. Les jeunes couraient sur la plage. Leur objectif était d’atteindre l’autre extrémité en esquivant les tirs (les munitions de farine). Tout élève qui était éclaboussé devait s’asseoir, et était considéré hors de combat. Des 52 élèves au départ, seuls 13 ont atteint leur but. Quelle leçon en tirer? Beaucoup plus que la difficulté d’enlever la farine sur ses vêtements. L’idée est de procurer aux élèves une expérience qui leur permet de vivre l’histoire. Cela les encourage à intérioriser l’histoire et à comprendre ce qu’on leur enseigne mieux qu’en ne comptant que sur le contenu des manuels.

Comment enseignez-vous l’histoire militaire du Canada? Avez-vous des techniques ou des plans de leçon originaux? Nous aimerions les connaître! Donnez-nous votre opinion ou faites-nous part de votre expérience par courriel.

Pour avoir des idées de leçons, consultez notre trousse d’outils et de ressources sur DeVimyaJuno.ca.

 

 

 

 

Les dépêches de Juno partagent toutes les nouvelles, les événements et les histoires du Centre Juno Beach en France et au Canada. Intéressé à contribuer une histoire sur le blog? Envoyez un courriel à l'éditeur à jbca@junobeach.org.

Laisser un commentaire