Le Canada durant la seconde guerre mondiale

Personnes

Maréchal Bernard Montgomery

Bernard Law Montgomery, né à Londres le 17 novembre 1887, décédé près d’Alton (Hampshire) le 24 mars 1976. Officier de l’Armée britannique.

General Sir Bernard Montgomery during a press briefing, Normandy, June 12th, 1944

General Sir Bernard Montgomery during a press briefing, Normandy, June 12th, 1944
Photograph by Ken Bell. Department of National Defence / National Archives of Canada, PA-132475

Bernard Montgomery était le fils d’un évêque anglican. Il suit les cours de la St. Paul’s School et de la Sandhurst Military Academy puis, en 1908, il s’enrôler dans le Royal Warwickshire Regiment. Il sert ensuite en Inde pendant quelque temps puis, au début de la Première Guerre mondiale, il est envoyé en France où il est grièvement blessé. On le renvoie au front en 1916 et, quand la guerre prend fin, il exerce les fonctions de chef d’état-major de la 47th London Division. Déjà on le reconnaît comme un officier qui excelle à l’entraînement des troupes, un officier qui croit à la nécessité d’une bonne forme physique pour exercer un bon leadership.

Dans les premiers mois de la Deuxième Guerre mondiale, Montgomery commande le 2e Corps d’armée. Incapable de stopper l’avance allemande, il se voit contraint de battre en retraite à Dunkerque et de rentrer en Angleterre, le 1er juin 1940.

En août 1942, Winston Churchill, nomme Montgomery à la tête de la 8e Armée qui, en Afrique du Nord, vient d’être défaite par l’Afrika Korps du général Erwin Rommel. Montgomery réussit à redonner de l’assurance à ses troupes et, en avançant avec prudence, la 8e Armée repousse les Allemands. L’armée ennemie est contrainte de se replier en dehors de l’Égypte après la bataille décisive d’el-Alamein (novembre 1942). C’est la première victoire des Alliés contre l’Allemagne nazie, une victoire qui ramène la confiance en Grande-Bretagne et qui confirme la réputation de « Monty ».

Montgomery dirige ensuite la 8e Armée lors de l’invasion de la Sicile. Sous le commandement suprême du général Dwight D. Eisenhower, le 15e Groupe d’armées comprend la 8e Armée britannique et la 7e Armée américaine, cette dernière étant commandée par le général George Patton. Au moment de l’invasion de la Sicile, le 10 juillet 1943, l’ordre de bataille de la 8e Armée inclut la 1re Division d’infanterie canadienne, sous les ordres du major-général Guy Simonds. Après la libération de la Sicile, Montgomery prépare le passage vers le continent italien.

Le 3 septembre 1943, il dirige la 8e Armée qui débarque dans la région de Reggio di Calabria, au sud de l’Italie, pour ensuite remonter vers le nord. Cette fois, Montgomery compte sous ses ordres les 5e et 10e Corps britanniques, le 2e Corps polonais et le 1er Corps canadien, ce dernier étant placé sous le commandement du lieutenant-général H.D.G. Crerar.

En décembre 1943, Montgomery est rappelé en Angleterre pour prendre le commandement des forces terrestres qui participeront au débarquement de Normandie. Il est commandant en chef du 21e Groupe d’armées pendant la campagne de l’Europe du Nord-Ouest, qui débute par le débarquement de Normandie, le 6 juin 1944, pour se poursuivre jusqu’à la reddition allemande, le 4 mai 1945.

Pendant leur participation à la campagne de l’Europe du Nord-Ouest, le 2e Corps canadien, sous les ordres du lieutenant-général Guy Simonds et la 1re Armée canadienne, dirigée par le général Crerar, sont sous le commandement de Montgomery. Les relations entre Montgomery et les généraux canadiens ont été cordiales mais parfois tendues. Montgomery voulait utiliser les troupes des dominions comme si elles étaient des unités britanniques, en les divisant au besoin, ce qui n’a pas manqué d’entraîner des frictions avec l’état-major et le gouvernement canadiens qui tenaient à préserver l’unité et le caractère national de leur armée. Montgomery n’a pas caché son estime pour Guy Simonds, en qui il voyait un commandant exceptionnel. En revanche, il a émis des doutes au sujet du général Crerar, qu’il jugeait comme un administrateur plutôt qu’un véritable chef d’armée.

À la fin de la guerre, Montgomery est maréchal, un grade qu’il a obtenu le 1er septembre 1944. En 1946, il est reçu chevalier de l’Ordre de la Jarretière et on lui décerne le titre de 1er vicomte d’Alamein en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle à la victoire alliée. Par la suite, il est chef de l’Imperial General Staff de 1946 à 1948, il préside le Comité des chefs d’état-major de l’Europe de l’Ouest de 1948 à 1951 et il est commandant adjoint au Commandement suprême allié de l’Europe de 1951 jusqu’à sa retraite en 1958. Il publie ses mémoires en 1958, sous le titre de Memoirs.

Liens: