Le Canada durant la seconde guerre mondiale

Personnes

Major-général Stanislaw Maczek

Stanislaw Wladyslaw Maczek, né à Lwòw (Pologne) le 31 mars 1892, décédé à Édimbourg (Écosse) le 11 décembre 1994. Officier de l’Armée polonaise.

1st Canadian Army generals in Hilversum, the Netherlands, on May 20th, 1945. Sitting, from left to right: Stanislaw Maczek, 1st Polish Armoured Division; Guy Simonds, II Canadian Corps; H.D.G. Crerar, 1st Canadian Army; Charles Foulkes, I Canadian Corps; B.M. Hoffmeister, 5th Armoured Division. Standing, from left to right: R.H. Keefler, 3rd Infantry Division; A.B. Matthews, 2nd Infantry Division; H.W. Foster, 1st Infantry Division; R.W. Moncel, 4th Armoured Brigade; S.B. Rawlins, 49th British Division.

1st Canadian Army generals in Hilversum, the Netherlands, on May 20th, 1945. Sitting, from left to right: Stanislaw Maczek, 1st Polish Armoured Division; Guy Simonds, II Canadian Corps; H.D.G. Crerar, 1st Canadian Army; Charles Foulkes, I Canadian Corps; B.M. Hoffmeister, 5th Armoured Division. Standing, from left to right: R.H. Keefler, 3rd Infantry Division; A.B. Matthews, 2nd Infantry Division; H.W. Foster, 1st Infantry Division; R.W. Moncel, 4th Armoured Brigade; S.B. Rawlins, 49th British Division.
Photograph by Ken Bell. Department of National Defence / National Archives of Canada, PA-137473

De 1910 à 1914, Stanislaw Maczek étudie les lettres et la philosophie à l’Université de Lwòw. Officier de réserve, il est appelé à servir dans l’infanterie autrichienne au cours de la Première Guerre mondiale. Quand, en 1918, la Pologne déclare son indépendance, Maczek se joint aux forces armées de son pays.

Pendant l’entre-deux-guerres, Maczek suit les cours de l’École supérieure de guerre de Varsovie et il occupe plusieurs postes de commandement. En 1938, il est promu colonel et il reçoit le commandement de la première unité blindée de l’Armée polonaise, la 10e Brigade de cavalerie motorisée.

En septembre 1939, la Pologne cède au double coup asséné par l’Allemagne à l’ouest et par l’Union soviétique à l’est. Après avoir opposé une farouche résistance à l’envahisseur allemand, Maczek et ses hommes passent en Hongrie et se dispersent pour rejoindre en France le gouvernement en exil du général Wladyslaw Sikorski. Au printemps 1940, Maczek reforme la 10e Brigade de cavalerie motorisée et, avant d’avoir pu en compléter l’entraînement, il lance dans la lutte contre les Allemands qui marchent sur la France. Après quelques semaines de combats aux côtés des troupes françaises, Maczek se voit contraint d’ordonner à ses hommes la retraite et l’abandon de leur équipement. Il leur donne rendez-vous en Angleterre, pour qu’ils viennent reconstituer une force nationale libre.

Grâce à Maczek et à Sikorski, la 1re Division blindée polonaise est constituée le 25 février 1942 et placée sous les ordres de Maczek. Le 1er août 1944, la Division passe en Normandie : elle compte alors 16 000 hommes et près de 400 chars. Le 5 août, les troupes du major-général Maczek sont rattachées aux forces du lieutenant-général Guy Simonds pour renforcer le 2e Corps canadien qui tente de briser la résistance allemande afin d’effectuer une percée vers Falaise. Les Polonais se battent aux côtés des Canadiens lors des opérations Totalize (7 au 10 août) et Tractable (14-16 août). Le 19 août 1944, la 1re Division blindée polonaise se trouve à l’avant-garde de la Première Armée canadienne, qui s’engage dans la formidable poussée qui doit fermer la brèche de Falaise. Le lendemain, coupés du reste de la Première Armée canadienne, plusieurs groupes de combattants polonais affrontent l’Armée allemande lors de violents combats dans la région de Chambois et sur la colline 262 (« Maczuga »). Malgré le manque de ravitaillement et des pertes élevées, les Polonais tiennent bon jusqu’au 21, quand les troupes canadiennes peuvent enfin les secourir.

Après quelques jours de repos, Maczek et ses hommes participent à l’avance canadienne jusqu’à la Seine, puis, en août et en septembre, vers la Somme, Anvers et l’Escaut. Le 28 septembre 1944, la 1re Division blindée polonaise passe sous le commandement du 1er Corps britannique et se déploie dans la région de la Meuse.

Sous les ordres de Maczek, la 1re Division blindée polonaise rallie le 2e Corps canadien le 8 avril 1945 pour l’avance finale vers la Mer du Nord, à travers les Pays-Bas et l’Allemagne. Les Polonais poussent alors jusqu’à Wilhemshaven, la forteresse de la Kriegsmarine. En ami 1945, Maczek est promu lieutenant-général et il reçoit le commandement du 1er Corps polonais, stationné en Écosse.

La Seconde Guerre mondiale ne connaît pas une fin heureuse pour Maczek et ses combattants polonais. Ils étaient prêts à donner leur vie pour reconquérir la liberté de leur pays, mais, à leurs yeux, celui-ci n’a échappé à l’envahisseur nazi que pour tomber sous la domination soviétique. Après sa démobilisation, Maczek choisit la Grande-Bretagne comme patrie d’adoption et il se fixe à Édimbourg. En 1961, il publie ses mémoires intitulées Od podwody do Czolga (Avec mes blindés). En 1994, le général Maczek meurt à l’âge avancé de 102 ans et sa dépouille est inhumée au cimetière militaire polonais de Breda, aux Pays-Bas.