Le Canada durant la seconde guerre mondiale

Personnes

Major-général B.M. Hoffmeister

Bertram Meryl Hoffmeister, né à Vancouver (Colombie-Britannique) le 15 mai 1907, décédé à Vancouver le 4 décembre 1999. Officier de l’Armée canadienne, homme d’affaires.

Le lieutenant-colonel B.M. Hoffmeister, officier commandant du régiment des Seaforth Highlanders of Canada, en Sicile, août 1943.

Le lieutenant-colonel B.M. Hoffmeister, officier commandant du régiment des Seaforth Highlanders of Canada, en Sicile, août 1943.
Photo par Terry F. Rowe. Ministère de la Défense nationale / Archives nationales du Canada, PA-132779.

Bert Hoffmeister découvre les attraits de la vie militaire à l’âge de 12 ans, dans le corps de cadets des Seaforth Highlanders. Il se tourne vers l’industrie forestière pour y gagner sa vie, mais sans que son attachement aux Seaforth Highlanders n’en souffre : en 1927, il s’engage dans la Milice active non permanente. En 1939, il est promu major et il reçoit le commandement d’une des compagnies des Seaforth Highlanders; il s’embarque pour l’Angleterre avec son régiment dès décembre 1939.

En mars 1942, Hoffmeister revient au Canada pour suivre les cours du Canadian Junior War Staff au Royal Military College de Kingston, en Ontario. Il repart pour l’Angleterre après avoir complété ses cours et, en octobre 1942, il est promu lieutenant-colonel et nommé officier commandant de son ancien régiment.

La campagne de Sicile, qui débute par le débarquement du 10 juillet 1943, offre à Hoffmeister l’occasion de démontrer ses qualités d’officier et de leader. Il obtient une première décoration, l’Ordre du service distingué, à l’occasion des combats le long des routes de montagne de la Sicile. En octobre 1943, Hoffmeister est promu brigadier et il reçoit le commandement de la 2e Brigade d’infanterie canadienne. C’est à cette brigade que revient la tâche particulièrement difficile de prendre Ortona en décembre 1943.

Le 20 mars 1944, Hoffmeister prend le commandement de la 5e Division blindée canadienne, avec promotion au grade de major-général. La 5e Division participe à l’attaque victorieuse du 23 mai 1944 contre les défenses allemandes qui forment la ligne Adolf Hitler, dans la vallée de la rivière Liri. Le 30 août, Hoffmeister lance la 5e Division blindée contre la ligne Gothique, qui bloque le passage des Alliés vers le nord de l’Italie. Malgré la confusion causée par de violents combats, Hoffmeister fait preuve d’initiative et se rend maître de la situation : le 1er septembre, les Allemands doivent abandonner leurs positions.

En février 1945, la 5e Division blindée rejoint la Première Armée canadienne aux Pays-Bas. Pendant les mois qui suivent, elle participe à l’avance finale sur les territoires de l’Europe du Nord-Ouest encore occupés par l’ennemi.

À la fin des hostilités sur le théâtre européen, Hoffmeister est nommé au commandement de la 6e Division, la Force du Pacifique de l’Armée canadienne. La reddition du Japon, en août 1945, met fin aux préparatifs de combat et, en septembre, Hoffmeister devient officier de réserve.

De retour à la vie civile, Bert Hoffmeister reprend sa place d’homme d’affaires dans l’industrie forestière de la Colombie-Britannique. Il est président de MacMillan Bloedel de 1949 à 1957, agent général de la Colombie-Britannique à Londres de 1958 à 1961 et président du Council of Forest Industrie of British Columbia de 1961 à 1968. Il est reçu officier de l’Ordre du Canada en 1982.

Bert Hoffmeister avait un véritable talent pour la guerre. Il s’assurait toujours de bien connaître les conditions dans lesquelles les soldats dont il était responsable devaient vivre et combattre. Intelligent, il savait écouter l’avis de ses officiers et dirigeait par consensus plutôt que par pure autorité. En bon meneur d’hommes, il inspirait la confiance. Sa division, surnommée « Hoffy’s Mighty Maroon Machine » à cause de la couleur de son écusson, a fait montre d’un esprit de corps exceptionnel qui s’exprimait par la fierté de ses hommes à en faire partie.

Lectures suggérées:

  • J.L. Granatstein, The Generals, The Canadian Army’s Senior Commanders in the Second World War, 1993.