Le Canada durant la seconde guerre mondiale

Formations et armement

Les Communications radio

Edmonton Regiment soldiers use walkie-talkie during advance in Ortona, Italy, 21 December 1943. Carrying it is Lance Corporal W. D. Smith. Talking into it is Private W. L. Waske.

Edmonton Regiment soldiers use walkie-talkie during advance in Ortona, Italy, 21 December 1943. Carrying it is Lance Corporal W. D. Smith. Talking into it is Private W. L. Waske.
Photo by Terry F. Rowe. Department of National Defence / National Archives of Canada, PA-163932.

Les unités de télécommunications utilisaient des équipements de téléphonie ou de TSF qui permettaient aux différentes composantes de l’armée de communiquer entre elles sur le terrain. Dans chaque division il y avait trois ou quatre compagnies ou escadrons (selon le type de division) qui étaient chargés des télécommunications, soit au total quelques 28 officiers et 700 hommes de rang subalterne. Quatre types de postes de TSF étaient utilisés : le poste de 18 employé pour les communications entre les compagnies et le quartier général du bataillon pesait trente livres, sa portée maximum était de cinq milles. Le 38 avait une portée plus réduite, deux milles, était un peu plus léger et servait à l’intérieur de la même compagnie ou pour garder le contact avec les chars de soutien. Ils étaient tous deux portés par les fantassins dans un sac à dos. Les postes no 19 et 22, de portée plus longue, étaient installées à bord de chars ou de véhicules de transport Universal. Le 19, employé par les unités de blindés disposait de trois canaux : le A pour les communications avec le quartier général, le B pour les communications entre les quatre chars de l’unité et le C pour les communications à l’intérieur même du véhicule blindé. Le 22 était assez semblable au 19, d’une portée un peu plus longue, et servait surtout entre le quartier général et les unités d’artillerie.