Le Canada durant la seconde guerre mondiale

Événements

La montée du fascisme

La dépression économique qui suit le crash boursier de 1929 affecte profondément les pays d’Amérique et d’Europe. Dans un climat d’agitation engendré par l’insécurité et le chômage élevé, les partis marxistes et socialistes s’opposent à la droite des industriels et, souvent, de l’Église. Profitant de la crise sociale et politique dans laquelle l’Italie sombre après la Première Guerre mondiale, Benito Mussolini impose le fascisme, une doctrine totalitaire aux ingrédients de nationalisme, de productivisme et d’élitisme. Avant que ne se révèle toute la violence de son régime, Mussolini suscite l’admiration par l’ampleur de ses projets de travaux publics et l’apparence d’ordre qu’il a insufflées à son pays.

" Une révolte impitoyablement écrasée " sous-titre le quotidien La Presse le 2 juillet 1934, à la suite de la Nuit des longs couteaux, c'est-à-dire l'arrestation ou l'assassinat, le 30 juin 1934, des principaux chefs des SA.

 » Une révolte impitoyablement écrasée  » sous-titre le quotidien La Presse le 2 juillet 1934, à la suite de la Nuit des longs couteaux, c’est-à-dire l’arrestation ou l’assassinat, le 30 juin 1934, des principaux chefs des SA.

L’Allemagne aussi fait face à une crise profonde. Le Traité de Versaillesl’avait humiliée, dépouillée de ses colonies et la forçait à payer des réparations aux pays vainqueurs pour les dommages de la Première Guerre mondiale. La crise économique plonge le pays dans la dépression la plus complète et confirme, aux yeux de plusieurs, l’échec du capitalisme. Le parti national-socialiste des travailleurs allemands (National Sozialistische Deutsche Arbeiter Partei ou NSDAP) s’allie alors aux industriels d’extrême droite pour contrer le parti communiste. Le NSDAP, ou parti nazi, a pour chef un homme charismatique qui sait enflammer l’enthousiasme des foules, Adolf Hitler. Il promet une Allemagne forte, libérée des conditions humiliantes du Traité de Versailles, une Allemagne qui retrouvera la grandeur de sa force militaire. Par la propagande, la manipulation et la terreur, Hitler élimine toute opposition et, le 30 janvier 1933, il accède à la chancellerie. L’année suivante, après une répression sanglante, Hitler se proclame chef suprême, ou führer, du Troisième Reich, puis demande au peuple de le confirmer dans cette position lors du plébiscite du 19 août.

Au Canada comme dans les nations aux prises avec la Grande Dépression, la soif d’ordre et de prospérité est grande. Pour plus d’un, l’Italie de Mussolini et l’Allemagne de Hitler présentent l’image de pays engagés dans la reconstruction économique et sociale au moyen de doctrines radicales mais, semble-t-il, efficaces.

“La scène du Monument national était décorée de quatre lettres immenses, initiales du nom du Parti, les lettres PNSC, formées par de petits drapeaux tricolores de la Croix gammée… ”
Le Parti national socialiste chrétien

En 1935, Hitler proclame les lois raciales de Nuremberg, qui enlèvent aux Juifs leur droit de citoyenneté et qui pavent la voie à leur répression. La brutalité et l’intolérance des régimes nazi et fasciste s’affichent au grand jour, mais confinées à l’intérieur de leurs territoires. Or, à compter de 1935, les actes d’agression des deux dictateurs débordent des frontières de leurs pays et menacent l’Europe entière.