73e anniversaire du Jour J

Le Centre Juno Beach a eu l’honneur d’accueillir le public pour sa cérémonie commémorative canadienne du 73e anniversaire du Jour J. Pour la première fois dans l’histoire de musée, nous avons été contraints d’organiser la cérémonie à l’intérieur en raison du mauvais temps.

Merci de leur présence à Monsieur l’Ambassadeur du Canada, Lawrence Cannon, à Monsieur le Préfet du Calvados Laurent Fiscus, à Monsieur le maire de Courseulles-sur-Mer, Frédéric Pouille et à Monsieur Richard Nichol, Directeur du secteur opérationnel l’Europe de l’ouest de la CWGC. Merci aux élus et au public venu nombreux.

Nous avons mis à l’honneur 6 vétérans des forces alliées. Merci messieurs pour votre service et votre présence à notre cérémonie commémorative : Hugh Buckley, Victor Urch, Don Hall, David Teacher, Bill Taylor, et Pat Moore.

Hugh Buckley, vétéran canadien des Sherbrooke Fusiliers, s’est adressé aux invités:

Je me souviens:

J’ai débarqué à Bernières-sur-Mer le matin du Jour J. J’étais artilleur à bord d’un char des Fusiliers de Sherbrooke. On nous avait donné une photo d’une grande maison avec l’ordre de la dépasser en la laissant sur notre droite en quittant la plage. Cette maison c’est aujourd’hui la Maison des Canadiens.

Un de mes amis a débarqué avant moi le matin du 6 juin avec les Queen’s Own Rifles qui ont pris la maison. Le retour dans cette maison a été pour moi une expérience très émouvante, même si nous n’avons pas pu apporter le soutien prévu. Nos blindés étaient supposés débarquer sur la plage devant l’infanterie avec notre puissance de feu, mais nous avons été retardés par la tempête en mer, ce qui a eu pour conséquences de nombreuses pertes pour eux

Quand je suis venu ici il y a 3 ans pour le 70è anniversaire, j’ai rencontré une dame et je lui ai dit que nous avions passé le long de sa rue le Jour J en dépassant la gare des trains. Elle m’a répondu “Je sais bien, vous avez démoli ma maison. Mais on était quand même contents de vous voir.” J’ai demandé, vous aviez quel âge le Jour J et elle m’a répondu “7 ans.”

Quelques heures plus tard, je me suis arrêté dans une ferme et je me souviens que le fermier a fait monter son fils de 5 ans sur mon char. Le petit garçon a mis sa tête à l’intérieur du char, a regardé et il a dit “Das ist gut”. Jusqu’à ce jour, il croyait que tous les soldats étaient allemands.

Ces petites histoires sont importantes et nous permettent à nous, les Canadiens et à vous nos amis de Normandie, de nous souvenir que la vie a pris un tournant pour nous tous le Jour J.

Le jour de la Victoire qui a marqué la fin de la guerre, j’étais avec le régiment des Royal Winnipeg Rifles dans le nord de l’Allemagne. Nous avions l’ordre de NE PAS fraterniser avec le peuple allemande, mais pour la première fois depuis le débarquement, nous pouvions occuper des maisons. Ironiquement, à notre grande surprise, les familles allemandes nous ont accueillis chaleureusement. Dans leurs esprits, nous les avions libérés de l’oppression des Nazis.

Dans le cadre des commémorations du 70è anniversaire, j’ai eu la grande surprise de me voir décerner la Légion d’Honneur du peuple français. Que les liens liens culturels, politiques et religieux qui unissent la France et le Canada durent longtemps. Quand sonnera tout à l’heure la sonnerie aux morts, prions pour que la paix et l’amitié dont nous bénéficions dure pour toujours.

Merci de m’avoir donné l’opportunité de partager mes souvenirs avec vous et que Dieu vous bénisse tous.


Les dépêches de Juno partagent toutes les nouvelles, les événements et les histoires du Centre Juno Beach en France et au Canada. Intéressé à contribuer une histoire sur le blog? Envoyez un courriel à l'éditeur à jbca@junobeach.org.

Laisser un commentaire